Killing myself

Ma deuxième rencontre avec moi-même… où j’y ai laissé une partie de moi.

 

Killing myself est mon premier travail photographique de 2016, c’est aussi l’image la plus violente que j’ai créé à ce jour.

Régulièrement je passe devant ce petit bosquet en voiture. Son côté « imprenable » avec ses ronces et ramures m’inspire. Il est vrai que plusieurs idées photographiques me viennent à l’esprit. Mais c’est Killing myself qui s’est manifestée âprement. Fallait-il que je la mette en forme pour m’en libérer ?

D’avance, je savais que l’image serait violente, je savais qu’elle me renverrait à mes questions, qu’elle me renverrait face à moi.

Nous avons en chacun de nous une forme de dualité, cette espèce d’opposition complémentaire avec nous-mêmes. Je me suis laissée prendre au jeu du duel : Moi face à Moi… I and I. Killing myself en serait-elle la suite ?

Ce duel a pour moi quelque chose d’effrayant. J’ai conscience que se voir se tuer soi-même, ne serait-ce qu’en trucage, n’est pas anodin, et que le message véhiculé peut-être violent ; une violence tournée contre soi.

 

Killing myself

Errant dans l’Imaginaire, je me suis dédoublée, rien de choquant dans cet univers. Lors de ma première rencontre avec moi-même, je me suis observée, j’ai capturé l’image de l’autre. Mais cette fois-ci, la rencontre a été plus violente pour moi.

L’un des doubles a amené du monde réel une arme fatale dans l’Imaginaire, alors que l’autre n’avait que son âme pour se battre…

Ce moi réel tenant l’arme et abattant sans pitié son double imaginaire… Pour rester à jamais dans l’Imaginaire ? Car on ne peut demeurer double sans tomber dans la pure folie. Ou pour ne jamais revenir dans ce second monde ? Voulait-il refermer la porte ? Il m’arrive parfois d’avoir envie d’étouffer mon imagination alors que régulièrement, je recherche l’Imaginaire… J’oscille.

J’ai donc fait face à moi même, un duel surnaturel s’est engagé. Mais il n’était pas équitable ; j’ai tué mon double… ou est-ce mon double qui m’a tué ? Je croyais savoir lequel des doubles j’incarnais, en réalité, ils sont moi l’un autant que l’autre. Moi réel, moi irréel… je n’ai pas à choisir, je ne peux être double longtemps, il est temps que j’accepte l’inéluctable. Que j’accepte l’autre.

Mais qu’importe le double que je croyais incarner… dans ce duel, j’y ai laissé une partie de moi.

 

« Je me suis vue me tuer… »

 

De l’autre côté (dans le monde réel) :
Assistants : Alexandre B et Frédéric M
Un grand merci à eux, mes deux assistants préférés, de s’être gelés avec moi !

Enregistrer

Publicités

3 commentaires sur « Killing myself »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s