La petite maison bleue

Sur la route pour Carcassonne, j’ai vu cette petite bâtisse bleue abandonnée avec, en arrière plan, des champs de tournesols. Et j’ai pensé à lui : à ce maître de la peinture s’avouant lui-même fou. Nulle comparaison avec lui, ce serait mal venu. Juste un sourire devant cette vision champêtre, juste un souvenir.

 

Quelques jours après, je suis revenue sur cette route à la recherche de ce cadre rêvé,  toujours accompagnée de ma complice, Alex.

Le secret de cette photographie est qu’il y a deux clichés. Oui, il y avait bien des tournesols autour de cette maisonnette… mais ils me tournaient le dos. Alors nous sommes allées shooter les tournesols dans le champ voisin : même exposition, même inclinaison du sol, même angle. Sauf que dans ce champ-là, les tournesols nous faisaient face. En remontant la route, les seuls tournesols qui nous tournaient le dos, étaient ceux du champ à la maison bleue… ça m’a laissé perplexe, même un an après, je le suis toujours.

Il nous aura donc fallu rejouer la scène et imaginer la maison bleue, dans un champ avec pour seul décor des tournesols.

 

A votre tour d’imaginer…

(Pour ceux qui pratiquent l’autoportrait mise en scène cela devrait être facile, en revanche, pour tous les autres, il va falloir vous mettre à ma place).

Pour cette photographie, je suis photographe et sujet, or je ne peux pas être devant et derrière l’objectif en même temps. Il faut donc « tricher », d’où ma complice, Alex. Je place donc ma sœur à l’endroit où je devrai me placer pour la photo. Je cadre, je fais mes réglages (absolument tous), je compte mes pas d’elle à moi (ce qui peut donner un truc du genre : 5 pas tout droit, puis 3 vers la gauche). Puis nous posons des marqueurs au sol. Je monte le trépied si besoin (nous faisons presque la même taille, ce qui constitue un avantage non négligeable). Enfin nous échangeons de place. Je pose et elle déclenche l’appareil photo quand je lui demande.

Nous fonctionnons toujours ainsi. Et il a fallut refaire toute cette organisation dans le second champ, imaginant la petite maison, afin que l’orientation, de la lumière, des tournesols, des ombres et l’inclinaison du sol fonctionnent ensemble.

 

En cela vous comprendrez aussi l’importance des assistants et une partie de leur travail… En plus de devoir supporter notre imagination et nos frustrations, ils partagent aussi nos aventures et nos succès (le seul fait de sortir l’image qu’on imaginait est déjà un succès). Bref, pour toutes ces raisons, je ne souhaite pas cacher ma famille et mes amis qui m’assistent. Si vous lisez les articles jusqu’au bout vous verrez leur noms, car c’est important.

 

La petite maison bleue

A la folie, je préfère la contemplation de la nature… me laisser transporter ailleurs dans un passé qui n’ai pas mien et je l’imagine, lui.

Du bleu et du jaune.

 

« Cultivez votre amour de la nature, car c’est la seule façon de mieux comprendre l’art. » – Vincent Van Gogh (Biographie).

 

De l’autre côté (dans le monde réel) :
Assistante : Alexandra B.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Un commentaire sur « La petite maison bleue »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s